Avec un accroissement de 534 623 habitants entre 1982 et 1999, soit un taux de croissance annuel moyen de 0,7 %, la Région PACA est restée en tête des régions françaises les plus attractives (avec la région Languedoc-Roussillon), moins cependant qu’au cours de la décennie précédente.
Le solde migratoire explique pour les trois quarts cette évolution, le bilan naturel pour un quart. Marseilleexceptée, les agglomérations progressent, surtout Fréjus et Istres.
Ces mouvements n’inversent pas une tendance général au vieillissement de la population : les personnes de 65 ans et plus représentent 16,6 % de la population (21,5 % dans les Alpes-Maritimes), celles de moins de 20 ans seulement 24,9 %. Le nombre d’étrangers qui vivent dans la Région s’élève à 366 000 (8,1 % de la population totale).
Parmi eux, 70 % résident dans les Bouches-du-Rhône et les Alpes-Maritimes. Les Maghrébins forment 57 % de leur effectif, suivis des ressortissants de l’Union européenne (Italiens, Espagnols, Portugais). Près de 72 % des étrangers sont ouvriers, et 16 % d’entre eux employés. Les Hautes-Alpes et les Alpes-de-Haute-Provence retiennent 5,7 % de la population (1999) sur 39,6 % du territoire régional. Avec une densité moyenne de 20 h./km² (1999), ces deux départements ne sont pas plus occupés que les plateaux de la Provence intérieure. La densité atteint, par contre, 358,5 h./km2 (1999) dans les Bouches-du-Rhône.
Quant aux Alpes-Maritimes, 90 % de leurs résidants vivent dans trois agglomérations côtières : Nice,Menton et la conurbation rassemblant les villes de Cannes, de Grasse et d’Antibes.