hMonument historique de premier plan, le Château des Baux est le fruit d’une histoire tumultueuse, où chaque époque a laissé sa trace.

Bien qu’habités dès l’âge du bronze, les Baux de Provence ne se développent réellement qu’à l’époque médiévale.

Erigées au Xème siècle, la forteresse et la cité qu’elle abrite sont conduites pendant cinq siècles par les Seigneurs des Baux, au cœur de conflits incessants, ravageant la Provence.

Mais c’est également aux Baux que poètes et ménestrels les plus célèbres de leur temps chantent l’amour courtois aux Damoiselles de la Maison des Baux.f

Au XVème siècle, les turbulents seigneurs des Baux font place aux barons de la Maison des Comtes de Provence. Le Château des Baux connaît alors une période faste et passe ensuite sous la suzeraineté du Roi de France.

A partir du XVIème siècle, conflits familiaux et luttes religieuses entraînent peu à peu la décadence de la cité jusqu’au démantèlement de la forteresse en 1633, par ordre de Louis XIII.

Le Château des Baux est la propriété de la Commune des Baux.
Défendue par les grands poètes provençaux Mistral, Charles Rieu, Daudet et Pagnol, la cité des Baux attire aujourd’hui un public venu du monde entier, sensible au caractère unique des lieux.

Place-forte médiévale aux confins du Languedoc, du Comtat Venaissin et de la Provence, le Château des Baux témoigne d’une histoire militaire mouvementée qui fut rythmée par de nombreux assauts.

La Tour Sarrasine tient son nom de son orientation vers le sud, d’où arrivaient les Sarrasins.h

Le solide donjon qui le domine aujourd’hui rappelle que la Provence fut, à l’époque médiévale, l’objet de toutes les convoitises. La Tour Paravelle avait avant tout un rôle de surveillance, dominant les cours du Château d’un côté et la vallée de l’autre.t

Le Château des Baux abrite derrière ses murailles les vestiges de l’ancienne Cité des Baux, permettant d’imaginer la vie au Moyen-âge et à la Renaissance.
Les maisons, les colombiers, les chapelles et les grottes évoquent une cité castrale, typique de l’habitat perché en Provence, où cohabitaient seigneurs et artisans.L’hôtel de la Tour de Brau (entrée du Château) rappelle les fastueuses résidences que firent construire aux Baux les plus puissantes familles de Provence. Bel édifice de la fin du XVème siècle, ses vastes salles voûtées accueillent aujourd’hui le musée du château retraçant l’histoire des Baux de Provence.
Elevée par la corporation des tisserands et des cardeurs en l’honneur de leur patron, Saint-Blaise, la chapelle est un bel exemple de l’architecture romane en Provence.

Ancienne chapelle du Château, connue sous les vocables de Sainte-Marie puis Sainte-Catherine, la chapelle castrale s’inscrivait dans l’enceinte protégeant symboliquement l’entrée du Château, comme il était courant au Moyen-âge. Mis autrefois à la disposition des villageois par les seigneurs des Baux, moyennant redevance, le moulin évoque la Provence typique de Mistral ou Daudet.

Trois gigantesques machines de siège, réalisées en grandeur réelle d’après des croquis du XIIIème siècle, permettent aux visiteurs de tous âges de comprendre les tactiques militaires médiévales.

A cette époque, le Château des Baux, pourtant réputé imprenable, eut du mal à résister à l’assaut de ces formidables engins.

Le trébuchet, la plus grande machine de siège médiévale, projetait des boulets de pierre de 100 kg contre des murailles situées jusqu’à 200 mètres.

La catapulte (ou baliste) pouvait envoyer à 150 mètres de distance de grosses pierres, des feux grégeois ou des charognes. Pesant plus de quatre tonnes, cet engin était tracté par des bœufs sur les lieux du combat.

Grâce au bélier, les lourdes portes des forteresses assiégées étaient défoncées. Mue d’avant en arrière, la longue poutre armée d’une tête de fer était abritée des projectiles par une solide charpente.

Le musée, à l’entrée du site, offre au visiteur les repères historiques pour une meilleure compréhension du lieu.

Deux maquettes réalisées grâce aux résultats de campagnes de fouilles successives, offrent une reconstitution fidèle du Château des Baux au XIIIème siècle et à la Renaissance.

Le musée du Château présente une série d’instruments très bien conservés, révélant une occupation continue du site depuis le néolithique.

L’époque médiévale apparaît à travers l’art des tailleurs de pierre : sculpteurs de grand talent, ils réalisèrent des visages très expressifs et furent les artisans d’une architecture palatiale remarquable dont de nombreux vestiges en témoignent encore.